la place de la femme dans l'antiquité grecque

À la fin du Ve siècle av. Le culte de la reine Laocidé III est associé à celui du règne des souveraines séleucides, des grandes prêtresses étant dévolues au culte de la reine dans les sanctuaires où officiaient les grands prêtres. C’est ce kurios qui la marie. L'union est monogame chez les héros grecs comme troyens. En revanche, les femmes du peuple apportent au ménage un complément de ressources en vendant leur surproduction agricole ou artisanale : olives, fruits et légumes, herbes — ainsi Aristophane fait-il de la mère d'Euripide une vendeuse de cerfeuil — tissus, etc. Il prend fin vers 18 ans, âge auquel les jeunes femmes se marient. Hello Select your address Best Sellers Today's Deals Electronics Customer Service Books New Releases Home Computers Gift Ideas Gift Cards Sell De plus, les femmes étaient à l'égal des hommes dans la sphère religieuse et devaient remplir des fonctions sacerdotales : chaque cité avait des prêtresses. Texte 4 [Platon]1, Epinomis, 990e4-991a1. Selon la loi athénienne, elle n'est pas héritière mais « attachée (ἐπι) à l'héritage (κλῆρος) ». En effet, durant cette période, les femmes vont être de plus en plus présentes dans la sphère publique (au niveau religieux, politique, administratif, juridique, dans les arts, etc.). Les femmes plus éduquées peuvent devenir courtisanes. Au VIIIe siècle av. Sandra Boehringer. Dans les épopées homériques, la Grèce antique s’affirme comme une société patriarcale. Publié le 25 janvier 2015 par youneselmjidi. Cette inscription est une lettre du roi Antiochos III, ou plus exactement un édit royal (prostagma) dans lequel le roi instaure le culte de la reine Laodicé III en 193 av. Dans le même temps, Clisthène les jauge suivant leurs vertus, leurs prouesses sportives ou encore la puissance de leur lignée. En effet, les femmes et les mineurs à la différence des hommes étaient pourvus d'un ou de plusieurs tuteurs qui les assistaient durant leurs actes. Elle les acquiert principalement par sa dot : elle reçoit la moitié d'une part d'héritage mâle, hors préciput (maison familiale et instruments agricoles). Similar Items. D'Homère à Galien, et même encore un peu à notre époque, le courant de pensée dominant considère la femme comme un être inférieur à l'homme et tout particulièrement pour les activités de la cité. Onglets Livre . Ainsi, lorsque Clisthène, tyran de Sicyone au début du VIe siècle av. Si elle donne naissance à un enfant après le divorce, l'enfant doit d'abord être présenté à son ex-mari, qui peut choisir de le garder ou de l'abandonner à la femme. Cependant, la femme jouit à Gortyne d'une autonomie beaucoup plus grande que dans les autres cités. ». Les siècles submycéniens et l'époque archaïque, contraints par l'étroitesse de leurs terres, « Pour arrêter la guerre, refusez-vous à vos maris. Lorsque Troie est prise, la femme et les filles de Priam sont des trophées à part entière pour les vainqueurs achéens. Les tyrans recourent également à l'endogamie, faute de partis jugés suffisants pour les filles : ainsi, Denys marie l'un de ses fils à sa propre sœur, tandis que l'un de ses frères épouse sa nièce[11]. Laodicé III par sa lignée maternelle a épousé son cousin Antiochos III en 221 av. Gorgô, fille du roi Cléomène Ier, est ainsi la seule à découvrir le secret d'un message envoyé par le roi Démarate : elle fait gratter la cire de la tablette, révélant ainsi le texte gravé sur le bois. Women > Greece. Kourasiô réalise également un don très important correspondant à 20 mines. Comme dans les autres cités grecques, la femme à Gortyne est une inférieure. J.-C., la cité en se développant se bâtit sur une double exclusion : « club de citoyens », elle exclut les étrangers (métèques) et les esclaves ; « club d’hommes », elle exclut les femmes[1]. Violaine Sebillotte Cuchet. Chanter les dieux : musique et religion dans l'antiquité grecque et romaine : actes du colloque des 16, 17 et 18 décembre 1999, Rennes et Lorient. Aristote définissant la citoyenneté comme la possibilité de participer au pouvoir politique, la femme en est donc la plus éloignée: … Si la citoyenne n'a pas d'autonomie politique et doit fidélité à son époux (l'inverse n'étant pas vrai), elle peut aller au temple, participer à des évènements religieux ou festifs ou encore gérer les biens domestiques. Plutarque (Vie de Lycurgue) ajoute à cette liste le lancer du disque et du javelot. L’antiquité Grecque est une notion recouvrant de manière assez approximative l'époque entre Homère (vers 750 av. Elles aident les épouses dans leurs travaux domestiques et sont supervisées par une intendante, personnage central de l’oikos grec. À Sparte, la vie des femmes semble avoir été très différente. Women -- sociology; Greek World -- history. Publication date 1901 Topics Women Publisher Paris, Librairie Renouard, H. Laurens Collection getty; americana Digitizing sponsor Getty Research Institute Contributor Il semble que certaines Spartiates au moins sachent lire et écrire. À défaut de remboursement de la dot, la terre est saisie. Gortyne est une petite cité de Crète qui est loin de jouer un rôle de premier plan en Grèce antique. La vision des femmes vues dans le film Agora - vues comme des objets - sont invisibles - elles ne peuvent pas donner leur opinion Les femmes dans l'antiquité Hypathie dans le film Les visions des toutes femmes dans cette époque Vue par les hommes de l'époque Point de vue de son On peut supposer que leur mode de vie est semblable à celui des filles et femmes de citoyens. Les femmes de la Rome Antique ne restaient pas cloîtrées dans leur maison comme les Athéniennes. Pour se venger des agresseurs, les femmes cariennes jurent de ne jamais manger avec leurs « époux » et de ne jamais les appeler par leur nom[9]. La loi pouvait d'ailleurs punir d'une amende celles qui ne remplissaient pas leur devoir. Enfin, elles sont des maîtresses de maison, régissant l'οἶκος / oikos, c'est-à-dire la maison, le domaine. La femme n’a pas un rôle important, elle est considérée comme un instrument de procréation (comme des animaux). En revanche, il existe au moins deux cas de proches parents divorçant de leurs épouses (et veillant au remariage de celles-ci) pour épouser des filles épiclères. En l'absence de plus proche parent, ou en cas de refus de ces derniers, la patrôïôkos est libre d'épouser qui elle veut (ou peut). Guiraud Hélène. Try Prime Hello, Sign in Account & Lists Sign in Account & Lists Orders Try Prime Basket. Cet entraînement n'est pas réellement une préparation au combat : garçons et filles s'exercent séparément. Les filles de tyrans servent le même propos : les familles aristocratiques rivalisent pour obtenir leur main. In: Pallas, 32/1985.La femme dans l'Antiquité grecque. Il s'agissait alors de différencier les femmes mariées et honorables des esclaves et des prostituées. Et dans la suite, il faisait toujours de même : il passait le jour et la nuit avec ses camarades et venait chez sa jeune femme à la dérobée et avec précaution, car il craignait et aurait rougi d'être aperçu par quelqu'un de la maison. Everyday low prices and free delivery on eligible orders. ». Comme le note l’historienne Sandra Boehringer, il faut au préalable éviter d'entendre la notion de « femme » de façon binaire comme à l'époque contemporaine. G. Roton] ; préface de Eugène Müntz ; trente-trois reproductions en couleurs et 320 dessins en noir d'après les documents des Musées et collections particulières. La Femme dans l'Antiquité Grecque Classic Reprint: Amazon.co.uk: G. Notor: Books. Langres rencontres philosophiques 2017 Le Monde et la Nature dans l’Antiquité grecque A. Macé et Ph. Les sources permettent aujourd'hui d'attester d'une présence féminine au sein de la sphère religieuse à l'époque hellénistique. Celui-ci compte sept chapitres de législation privée, principalement centrée sur le droit de la famille[12]. You may have already requested this item. La nourrice occupe également une place importante, témoin le rôle joué par Euryclée, nourrice d'Ulysse puis de Télémaque, achetée cent bœufs par Laërte, qu'il honore « à l'égal de son épouse[7] ». »[13] Une femme nommée directement par son identité propre est généralement considérée comme indigne ou ayant enfreint délibérément les lois. L'établissement des cultes royaux ont également été observés au sein d'autres cités, telles que Téos, où une mesure a été mise en place en faveur de la reine Apollonis, l'épouse du roi Attale Ier de Pergame. Doc-Plus, Partage de documents avec vos élèves. [Pierre Brulé; Christophe Vendries;] La Femme dans l'Antiquité Grecque Classic Reprint: Amazon.de: Roton, Gabriel de: Bücher. Elle est sous la tutelle de l'homme : père, frère ou époux. Les femmes mariées ont très peu d’intimité avec leur époux qui, occupé par ses fonctions des citoyen passe ses journées sur l’agora et dans les diverses assemblées. La plus célèbre d'entre elles est Aspasie, originaire de Milet. Elles pouvaient jouer un rôle important (ex: un rôle politique). 3Dautre part, il faut se rappeler que la société grecque est bi-partite, composée dun monde masculin et dun monde féminin, qui ont chacun leurs domaines et leurs espaces propres et séparés. Free delivery on qualified orders. Read Les Femmes et les fards dans l'Antiquité grecque book reviews & author details and more at Amazon.in. Les femmes ont également la possibilité d'acquérir des biens fonciers et de les revendre. La femme dans l'antiquité grecque; by Roton, Gabriel de, vicomte, 1865-; Müntz, Eugène, 1845-1902. La dernière modification de cette page a été faite le 24 décembre 2020 à 12:14. Frau; Griechenland; Frau. Revers de la médaille, elle est la cible des auteurs comiques, qui la dépeignent comme une vulgaire tenancière de bordel et une intrigante. Il lui offre l'une de ses trois filles en précisant : « qu'il emmène celle qu'il voudra dans la demeure de Pélée, et sans m'offrir de présents[5] ». La nature tout entière est modelée selon l'espèce et le genre (εἶδος καὶ γένος ἀποτυποῦται πᾶσα ἡ φύσις)2. Il faut attendre l’époque hellénistique pour voir de grandes figures de femmes émerger dans le monde grec, des reines comme les Bérénice, Arsinoé ou Cléopâtre. Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. On faisait donc faire aux jeunes filles beaucoup d’ exercices physiques. ci-dessous). Si elle est protégée contre le viol, la législation ne distingue pas celui-ci de la séduction : il est indifférent qu'elle ait été consentante ou non — seuls les intérêts de son gardien sont pris en compte. Be the first. Pendant un an, les prétendants vivent au palais de Clisthène, entretenus comme les prétendants de Pénélope. Sparte se distingue d'entre les autres cités grecques en ce qu'elle place les femmes plus ou moins sur un pied d'égalité avec les hommes : tous sont asservis à l'État et à son but premier, la reproduction de soldats vigoureux et disciplinés. Les chants sont appris par cœur ; ils permettent aux filles d'apprendre les grands récits mythologiques mais aussi d'acquérir le sens de la compétition : les chants font explicitement allusion à des concours de beauté ou encore de performance musicale. La place de la femme dans l’ Antiquité Grecque. Ce week-end, le supplément "Quid" de LaLibre consacre son dossier à la mythologie, et notamment à la question des femmes. La femme en Grèce, est éternelle mineure. Elles ne peuvent en sortir que pour de rares occasions. C’est ce kurios qui la marie. Nombre d'entre elles suivent simplement leur mari, venu s'installer à Athènes pour affaires ou pour suivre l'enseignement d'un maître réputé. Curieusement, le grec n’a pas de mot spécifique pour désigner le mariage. En revanche, l'époux n'est pas soumis à ce type de restriction : il peut recourir aux services d'une hétaïre ou introduire dans le foyer conjugal une concubine (παλλακή / pallakế) — souvent une esclave, mais elle peut aussi être une fille de citoyen pauvre. En effet, dès les siècles obscurs, le choix d'objets déposés dans les tombes dépend du sexe du défunt. Hérodote[8] rapporte ainsi que les colons athéniens fondateurs de Milet, en Carie, attaquent les autochtones, s'emparent des femmes et tuent les hommes. Les femmes et les fards dans l'antiquité grecque von: Grillet, Bernard. Certaines femmes avaient des fonctions plus en vue que les autres, notamment les canéphores qui, lors des sacrifices, portaient la corbeille rituelle. C’est ce kurios qui la marie. » C'est ainsi que, dans une tablette de loi d'Assur (Irak) vieille de 3000 ans, apparaît la première mention de l'usage du voile féminin. […] On la désigne poliment en citant les hommes auxquels elles sont apparentées ou mariées. Hommes et femmes dans l'Antiquité grecque et romaine. Les auteurs comiques comme les orateurs attestent également de femmes vendeuses au détail d'huiles parfumées, de peignes, de petits bijoux ou encore de rubans. Découvrez d'autres notions antiques chez les différents peuples. L'étude de la place de la femme dans la Grèce antique ne peut être dissociée de l'évolution de la civilisation grecque, de la législation. Le mariage comme moyen d'établir des alliances trouve son apogée à partir de la seconde moitié du VIIe siècle av. Même dans la maison, elles étaient assignées à la partie réservée aux femmes, le gynécée, situé d’habitude au premier étage. La Femme dans l'Antiquité Grecque Classic Reprint: Amazon.de: G. Notor: Fremdsprachige Bücher Il donne lieu à une curieuse forme d'inversion : l'entremetteuse rase le crâne de l'épouse, lui donne des vêtements masculins et la laisse seule sur une paillasse, dans le noir. Leur symbole est la quenouille : Pénélope tisse sa célèbre toile, à l'instar d'Hélène — qui représente la guerre de Troie — ou encore Andromaque, qu'Hector renvoie à son métier au moment où il part au combat[6]. Les champs obligatoires sont indiqués avec *. Ces transactions réalisées par des femmes devaient néanmoins être réalisées sous la protection d'un tuteur qui devait assister à la transaction tout du long. Dans les épopées homériques, la Grèce antique s’affirme comme une société patriarcale. Présentation. Ainsi, l'Athénien Pisistrate se marie trois fois : la première fois, avec une Athénienne anonyme ; la seconde, avec une Argienne de haut rang ; la troisième, avec la fille de son adversaire Mégaclès, de la puissante famille des Alcméonides. C’est ce que montre cet ouvrage qui propose une analyse originale des sources classiques à travers la question essentielle du genre et de la sexualité. J.-C., Denys l'Ancien, tyran de Syracuse, veuf de sa première femme, double le bénéfice de son mariage en contractant deux alliances simultanément[10] : les deux épouses sont les filles de grands personnages, l'une de Locres, l'autre de Syracuse. Grillet, Bernard. Les femmes à l'époque hellénistique ont très peu de droits juridiques ou politiques. Autour de l'épouse légitime gravitent les servantes et les concubines. S'agissant de la mousikê, les jeunes filles prennent part dans toutes les grandes fêtes religieuses à des parthénies — chœurs de vierges — dont Alcman est le plus grand auteur. Les actes d'évergétismes sont également présents au sein des élites féminines. La place des hommes et des femmes à travers le temps. » Elle précise aussi que « La sphère religieuse était la seule où la femme pouvait jouer un rôle de premier plan dans la cité. Le divorce sur l'initiative de l'épouse ne devrait normalement pas être permis : seul le tuteur pourrait demander la dissolution du contrat. Par contre à Sparte, les filles faisaient de l’exercice, ce qui scandalisait les athéniens puisque pendant l’exercice, on voyait leurs cuisses. Le mariage est par essence l'union de deux lignées : le gardien dispose du droit de donner sa protégée en mariage. Les femmes se parlent entre elles, les seules occasions de paraître en public sont certaines fêtes religieuses ou cérémonies familiales. Elles participent aux fêtes et jouent même un rôle considérable dans la vie religieuse. Published: (1873) La femme dans l'antiquité et d'après la morale naturelle by: Rainneville, Joseph de, 1833- Published: (1865) La femme en Grèce, est éternelle mineure. Comme chez les garçons, le cursus commence à l'âge de 7 ans. Femmes -- Histoire. Une fois mariées, elles restent encore enfermées à la maison. Les premières sont à la disposition du maître de maison. La Femme Dans l'Antiquité Grecque | Gabriel de Vicomte Roton | ISBN: 9780274623327 | Kostenloser Versand für alle Bücher mit Versand und Verkauf duch Amazon. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Un bloc de marbre trouvé à Aspendos concernant la donation accomplie par le démiurge Kourasiô au IIe siècle av. Mais le Pseudo-Démosthène nous apprend[15] que le plus proche parent peut refuser d'épouser l'épiclère ; toutefois celui-ci doit la marier avec une dot de 500, de 300 ou de 150 drachmes suivant sa classe censitaire. Ainsi, au chant VI de l'Iliade, Hécube peut-elle convoquer les femmes de Troie pour une cérémonie religieuse. Recherches sur le contenu des vases d'une sépulture de femme du village Tulovo. Elles sont confinées au gynécée, littéralement la « pièce des femmes », entourées de leurs servantes. Ainsi, des figurines votives retrouvées au sanctuaire d'Artémis Orthia montrent des jeunes filles montant en amazone. Mais avant, les lois n’étaient pas appliquées par les femmes Spartiates qui avaient plus de liberté que les Athéniennes. Enfin, elles doivent gérer les ressources du domaine. Cependant, des exemples montrent que la pratique existe bien. La plupart du temps, les colons sont uniquement des hommes : ils comptent sur la population indigène pour leur fournir des épouses. Les concubines sont des captives de guerre, le lot du vainqueur, qui servent de dons ou de contre-dons entre rois, telles Briséis et Chryséis. J.-C., alors que beaucoup des cités grecques sont gouvernées par des tyrans, c'est-à-dire des monarques extra-constitutionnels, dont le pouvoir s'établit sui generis. Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Une inscription retrouvée à Kermanschah, en Iran, concernant l'instauration du culte de la reine Laodicé III permet de rendre compte de ce phénomène. Le roi cherche à diffuser les décisions qu’il a prises concernant le culte de son épouse dans l’ensemble du Royaume. De nos jours, cette conception peut paraître grossière, mais dans l'Antiquité, elle avait été réfléchi par des personnages très éminents dont les écrits sont énormément connus. Cependant, pour ce qui est de l'activité culturelle, dans toutes les cités grecques, la femme (épouse ou fille légitime de citoyen) se trouve à l'égal des citoyens hommes. Home; This edition; 1975, French, Book, Illustrated edition: Les femmes et les fards dans l'antiquité grecque / par Bernard Grillet. 41-57. De son côté, sa femme usait d'adresse et l'aidait à ménager des occasions de … Histoire de l’Antiquité à nos jours n° 93 – La femme africaine dans l’Antiquité Thomas Frétard 20 septembre 2017 Actualités des LCA , Livres , Livres, audio, videos 0 1,072 Muettes mais foisonnantes, leurs images enchantent les parois néolithiques d’Algérie et de Libye. Elles servent à faire des enfants et les élever. En effet, des femmes ont eu la possibilité d'accéder à des honneurs très importants. Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. comptes rendus 197 Sandra Boehringer, Violaine Sebillote Cuchet Hommes et femmes dans l’Antiquité dir., grecque et romaine. J.-C. Dans les épopées, la femme a un triple rôle : épouse, reine et maîtresse de maison[4]. L'époux, au sortir de la syssitie (repas en commun) rejoint sa femme, toujours dans l'obscurité, et après avoir eu une relation avec elle, repart pour rejoindre ses compagnons de dortoir. Nous savons peu de choses sur les femmes métèques, hormis le montant de la taxe qui les frappe : le μετοίκιον / metoíkion s'élève pour elles à six drachmes annuelles, contre douze pour un homme. Buy La femme dans l'antiquité grecque by Roton, Gabriel de vicomte 1865- (ISBN: 9780274623327) from Amazon's Book Store. Elles devaient être de constitution forte pour donner à la cité des enfants intelligents qui puissent devenir de bons soldats. Jusqu’à leur mariage les filles grandissent dans un appartement réservé aux femmes. LIPINSKA, Mélanie : Les femmes et le progrès des sciences médicales. Les femmes ne faisaient pas la guerre et étaient exclues des instances de délibération et de décision politique. Femmes -- Grèce. LIPINSKA, Mélanie : Histoire des femmes médecins depuis l'Antiquité jusqu'à nos jours.Paris, G. Jacques, 1900. On parle de ἐγγύη / engúê, littéralement le gage, la caution : c’est l'acte par lequel le chef de famille donne sa fille à un autre homme. Comme l'explique Claude Vial, « Une prêtresse comme un prêtre, devait appliquer les lois sacrées relatives au sanctuaire et au culte dont elle avait la charge. […] L’autorité du mari est réglée, limitée. Aux hommes, lextérieur, la vie publique, la politique, aux femmes, lintérieur, la vie domestique. L'époque hellénistique va être marquante pour la femme. Une stèle de marbre funéraire datant du IVe siècle retrouvée à Athènes permet de comprendre qu'à l'époque hellénistique la profession de vendeuse de sel pouvait être exercée par des femmes. J.-C., les femmes faisant la grève du sexe, afin de raisonner leur mari pour établir la paix entre les cités : « Pour arrêter la guerre, refusez-vous à vos maris. ... La place de la femme dans l’ Antiquité Grecque. pp. Celui-ci est un acte privé, un contrat conclu entre deux familles. Au reste, elles s'entraînent également nues. Xénophon, dans la République des Lacédémoniens, confirme la place que tenait cet entraînement physique dans la vie des jeunes filles de Sparte. La fille dite « épiclère » est celle qui se trouve seule descendante de son père : elle n'a ni frère, ni descendant de frère susceptible d'hériter. Jusqu’à leur mariage les filles grandissent dans un appartement réservé aux femmes. Par rapport aux femmes des autres civilisations anciennes, les Grecques n'ont en général ni un statut ni un rang élevés, et elles jouissent de peu de privilèges. Skip to main content. Bibliographic Details; Main Author: Roton, Gabriel de, 1865-Corporate Author: Gerritsen collection of women's history online. Greece. Les conditions de vie des femmes étrangères ou des esclaves étant tout à fait différentes. Au Ve siècle av. La femme athénienne est une éternelle mineure d’âge, qui ne possède ni droit juridique, ni droit politique. Ce qui nimplique pas pour les femmes un interdit de sortir. Théocrite[18] représente des jeunes filles clamant fièrement leur participation aux mêmes courses que les garçons, le long du fleuve Eurotas, et leur recours à l'embrocation, tout comme ces derniers. Cependant, la vigueur des femmes spartiates est proverbiale en Grèce : Cléarque de Soles[19] (milieu du IIIe siècle) rapporte ainsi qu'elles s'emparent des hommes adultes et célibataires et les frappent pour les forcer à se marier, ce qui implique une certaine force. Une minorité est constituée de femmes seules venues quérir fortune à Athènes. (Bulg.m.franz.Res.) J.-C., la cité en se développant se bâtit sur une double exclusion: « club de citoyens », elle exclut les étrangers et les esclaves; « club d’hommes », elle exclut les femmes. Elles ne se risquent hors du domaine familial que pour accomplir des fonctions religieuses. Les femmes sont une catégorie à part dans la société. Athènes est la principale source d'informations sur les femmes en Grèce. J.-C.), Séleucos IV et Anchios IV, ainsi que quatre ou cinq filles. La cité n’est pas témoin et n’enregistre pas sur un acte quelconque cet événement, qui en soi ne suffit pas à conférer à la femme le statut marital. « Les femmes mariées, les veuves et les femmes assyriennes ne doivent pas avoir la tête découverte quand elles sortent dans la rue. En effet, les femmes issues des classes sociales supérieures telles que les reines ou les femmes issues de familles notables ont réalisé des actes d'évergétismes. La cohabitation n’a donc lieu que plus tard. Zum Hauptinhalt wechseln. Au chapitre VII de l’Économique de Xénophon, on retrouve les quelques tâches qui incombent aux femmes : filer la laine, préparer et réparer les vêtements (couture) et également veiller à l’état des grains et autres provisions du garde-manger et veiller aux soins des serviteurs malades. La pédérastie en Grèce Antique. Il s'agit d'assurer la prospérité de la lignée familiale. Cependant, il arrive que l’engué ait lieu alors que la fille est encore enfant. Gherchanoc F. (2015), « Jeux de voile ou comment énoncer la beauté des femmes dans l’Antiquité grecque », dans Y. Foehr-Janssens, S. Naef, A. Schlaepfer (éds), Voile, corps féminin et pudeur, entre Islam et Occident. Métiers 360, la découverte des métiers en réalité virtuelle - Il leur revient également accueillir les hôtes, comme le fait Arété pour Ulysse ou Polycaste, fille de Nestor, pour Télémaque. Alors que le but du système, pour les garçons, est de produire des hoplites disciplinés, il est pour les filles de former des mères vigoureuses, qui donneront naissance à leur tour à des enfants forts et sains. », Les femmes exercent une forme de contrôle sur leur mariage. Il s'agit là d'une pratique exceptionnelle : normalement, l'époux doit donner à son beau-père des présents, les ἕδνα / hêdna. Tenant salon, elles sont les compagnes quasi-officielles des hommes d'affaires et des hommes politiques athéniens. Le mariage reste ainsi secret, et ce jusqu'au premier enfant.

Train Horaire Le Havre Départ Paris St-lazare, Quelle Huile Essentielle Sur Pierre De Lave, Maison à Vendre 35 Le Bon Coin, Gîte De Charme Cassis, Petit Mot D'amour En Anglais, Stickers Bord De Mer, Qui Est La Compagne De Fabrice Luchini, Expression Avec Le Mot Fleur, Maison Abandonnée Messein,