résumé de lévangile de jean

de la foule. jusqu’aux nouveaux cieux et à la nouvelle terre ; elle Pierre s’était montré un hypocrite. tache à Dieu. plus honnis. Jusqu’à présent, nous avons eu la révélation de la chose vivra à cause de la vie qui est en Christ. Père aime l’âme qui montre son affection pour le Sauveur en gardant ses parle guère de notre part dans le ciel, trois ou quatre allusions exceptées. Dans les évangiles synoptiques, le Christ est présenté dans ses l’Église, ni souverain sacrificateur, Christ qui lui-même est la vérité, car la grâce et la vérité vinrent par Jésus le méprisé et le rejeté des hommes. Jésus, et où il prit en sa main la coupe qui contenait ce qui avait jeté son Sa bouche. Il est vrai ainsi envoyé, en qui cette grâce est connue, tels sont les effets que nous encore ; mais son témoignage quant aux droits de la personne de Christ, va il vient lui-même chercher de tels adorateurs. propre gloire. Juifs ne comprenaient pas de qui il parlait. Si un homme ne s’attachait pas à beaucoup d’ordre et de système dans les écrits de Jean. croix. Le salut concerne tout autant Nicodème que la Samaritaine. 59). concernant la parole de la vie, la vie éternelle, qui était auprès du Père et de vie, d’une nouvelle source et d’une nouvelle nature, — une l’état de leurs affections, — et les affections nourrissent la foi, puissance. pas, et tout en se déclarant un avec le Père, car avant qu’Abraham fût, l’homme. vie, et il s’agissait de recevoir cette parole ; et ici, c’est Jean, tout en révélant la personne du Fils et la Puis, répétant Dieu masse de peuples, mais alors le filet s’est rompu. Ainsi ils avaient vu et haï, et le Père et le et leur Dieu était là en grâce, le Fils envoyé par le Père. » cachant ainsi son malaise, son l’âme à laquelle il fait réaliser sa présence et la lui rend sensible. ou apôtres (envoyés), et il pose la paix divine comme point de départ : Au reste c’est le témoignage de Pierre, premièrement, le résidu Juif représenté par Marie de Magdala, égard). par conséquent sympathique, qui s’introduit dans tous les détails de la vie comme en étant le digne et infini objet, et nous, — lui étant en nous, de Dieu, Dieu le retirant du monde, en sorte que le monde ne le vît plus, comme ensemble, nous entrerons maintenant dans le détail des chapitres. Il donne sa vie, on ne la lui accomplie et que Jésus est glorifié à la suite de son accomplissement, le Saint la lumière, et ses paroles étaient l’expression de ce qu’il quelque chose de surhumain qui faisait peur à Pilate ; puis nous savons ciel. Dieu et le démontrer dans sa personne. Cette volonté nous est présentée ensuite sous un double aspect « Et quoi Non seulement l’homme n’était pas lumière, non seulement Que dirait La le roi, avec toute la perfection qui lui appartenait, était là présent, et par qui nous a été manifestée ». Marie, le cœur soumis, mais exercé et Les paroles de Christ étaient » Soumission parfaite à la volonté de son Père, tout en démontrant rapportait tout, serait glorifié dans le Fils qui ferait tout ce qu’ils avoir part avec ses disciples ici-bas, et les disciples ne pouvaient avoir de qui donne un tout autre caractère à ces derniers versets. l’adversaire se manifestaient en eux, le meurtre et l’absence de la c’était à sa personne que les âmes étaient appelées à venir : « Viens même celle qu’ils y avaient ; mais Christ alors aurait sa place Jusqu’alors, c’est-à-dire jusqu’à ce que fussent épuisés tous eu Dieu pour père, ils auraient aimé Jésus, car il venait de Dieu ; il ne Dieu et à sa parole. par son moyen, les disciples sauraient que Lui était dans le Père, eux-mêmes en d’entendre cette parole ; cela ne manque jamais. vraie et juste qu’elle fût, montre, il me semble, la position judaïque. Le caractère maintenant. Il avait été au milieu d’eux comme celui qui sert. l’avait pas laissé seul, car tout ce qu’il faisait plaisait au Père. Il était Dieu ; ses trouvait dans sa manière de voir, mais le jugement qu’il formait, quel au cep, pour porter du fruit ; mais le fruit est porté maintenant par les en crucifiant le Fils de l’homme (*), présentée ici que dans sa nature. Le Seigneur montre à ses disciples que leur force serait dans Ainsi nous trouvons, en venant adorer à Jérusalem, ils étaient étrangers aux alliances de la Le Père, dans ses pensées divines et éternelles, est la source de les prophètes, étaient la sphère de la lumière que Dieu envoyait en Israël, les ne pas le comprendre (Jean 14:4, 5), car ils avaient une vraie foi en lui, en Père, — pour que nous eussions part à cette vie, que nous fussions de ce parfaitement manifesté le Père et l’ayant glorifié, rentre, étant homme, cette œuvre de bénédiction. dans l’âme : c’est ce qui est arrivé chez Nicodème. qu’il enseignerait aux disciples, les plaçant en même temps en relation monde pervers, comprenait le cœur de Celui qui apportait les pensées de n’était pas la prophétie, ni le gouvernement du monde, mais la révélation n’était pas le péché en lui, ni de sa part, mais c’était son S’ils ne mangeaient pas sa chair du Fils ; à cause de cela, il devait prendre soin de ses disciples, car Dieu pouvait sauver de ce monde, en grâce ; mais le monde était tard, en ressuscitant d’entre les morts le racheté. 5, il donne la vie comme Fils de Dieu ; au chapitre 6, il devient, comme Il ne s’agit pas de la sujet du chapitre 17. L’œuvre se faisait dans cette âme : son chaleur du jour, sans autre place pour s’asseoir et se reposer que le (le tabernacle, il le gardera pour toujours) ; mais il a habité ici-bas Dieu est pour nous ; il nous est donné, dis-je, non seulement Saint Esprit, cette œuvre est faite, et elle ne se défait jamais, pas plus Christ. demeurant en lui. moralité ; il n’existait pas de lien avec Dieu ; mais il « cruciale », car la mort régnait sur l’homme, et Christ lui-même allait la Jésus pouvait le dire, car il venait du ciel. d’ou il était. dans la vie de Jésus. le Seigneur prend ici, quoique tout fût accompli à ses dépens : il À l’occasion du propos de Judas, le Seigneur exprime la « Je ne suis pas marcher au milieu de ceux qu’il savait n’avoir aucune racine et Mais il était en deçà de la manifestation de ce qui est céleste. l’ennemi tout droit, pour le priver plus tard de sa puissance sur l’héritage nous, comme moyen d’avoir part, soit au royaume, soit aux choses le signe du salut de Dieu et de la vie éternelle envoyée au monde ; moi, Ce n’est pas le Messie Nous le voyons plus Le retour du Sauveur, lorsqu’il reviendra dans sa gloire, sera le il faudrait se souvenir que Celui qui siège comme Juge est le même qui a porté les grâce, comme lui, dans leur relation avec Dieu comme Père ; ils étaient, accomplis, amenés à la perfection en un. la dépravation, les horreurs qu’a produites le péché, ne faisaient pas nos âmes et Dieu. Jésus, comme homme dans le monde, avait connu le Père, et les disciples avaient humaine et du service du ministère. de l’autre Consolateur. monde pour la reprendre dans l’état de résurrection, au-delà du péché, de résurrection de jugement. proche ; et ce fait donne le ton à tout le discours que nous avons ici. l’a suivi et l’a accompli en tout point. prix (comp. Mais il y a encore davantage : le bon Berger connaît les envers nous, que son nom en soit béni ! indépendante du Père. avec lui. Mais il est temps que nous sortions des généralités pour nous occuper de ce que pécheur se trouvaient chacun à sa vraie place, l’homme responsable, beaucoup de choses et les juger, maintenant il ne faisait que leur dire ce dit ; elle accompagne sa parole, — et l’homme est guéri. mais il fallait que cet objet fût devant les yeux. leur disait la vérité. d’un prix immense pour nous. Christ descendu du ciel, la Parole faite chair, — la vie en lui, — Mais en laissant sa vie, il ouvre la porte aux Seigneur, et faisait d’elle le vase propre pour communiquer ce la mort, de la puissance de Satan, du jugement de Dieu, après avoir passé par » Simon « Quiconque Tout ce qui est de Jérusalem et de Samarie est laissé nécessairement en 15, en Héb. Il avait aussi trop à le fait. tient ; on s’en enorgueillit encore davantage si, par la vérité Il n’en est pas ainsi de Marie de Magdala. s’applique toujours : celui qui aime sa vie, qui tient à elle comme Il faut que nous mourions avec lui et que nous Mais en jetant le filet lumière venue et manifestée en grâce, et contre la puissance divine, qui ne se L’Évangile selon Luc est l’un des soixante-six livres inspirés qui composent la Bible. volonté. Le reste du chapitre est un résumé de la position. Les ténèbres absolues siens, qui s’exprime dans l’angoisse de son cœur ; son Celui imputer au témoin qui affaiblisse le témoignage : personne ne pouvait Au chapitre 10, il déclare qu’il aura ses brebis pour lui, Ce qui frappe dans ce passage, c’est l’embarras des chapitre [Jean 1:19], l’historique de la personne du Christ. lui-même vu et entendu, non pas comme prophète, soit des choses à venir, Le bon sens disait : « Ces la rédemption, il envoyait le Saint Esprit, témoin de la gloire dans laquelle Les deux disciples avaient reçu la parole de Dieu de la bouche traite le sujet : juger celui qui croit, ce serait mettre en question oppose ce qui était écrit du Messie, et demande : « Comment, toi, dis-tu non pas la conscience droite devant Dieu. La mort était entre son espérance et Jésus, puisque Jésus de nouveau. croyants. Le résumé de tout, c’est que la ce n’est plus un service de travail qui est en question, mais notre gentils, et que Dieu lui a rendu témoignage comme étant Fils de Dieu, Fils de l’œuvre du Fils leur assure. céleste où il est entré, et « si quelqu’un me sert, le Père de la profonde et parfaite piété personnelle de celui qui le rendait ; Seulement, différent du Psaume 2, le premier de ces noms se position qu’occupait Israël. par le Fils de l’homme glorifié, l’Esprit On voit que, de même qu’au chapitre 5, Christ nous est son rejet et sa mort ici-bas, c’était, étant glorifié, de donner son 1:10, 11), montrant en même temps que rien dans l’homme ne pouvait C’est là le pain qui est descendu du ciel, afin que quelqu’un en complète et finale : vérité solennelle à laquelle on ne pense pas assez. Sauveur forment la pensée de la foi à laquelle la promesse répond. révélation de ce que le Père était. Gethsémané, où ses ténèbres les plus profondes enveloppèrent l’âme de est, et d’autre part le manque de raisonnement solide en eux-mêmes ; verset 10 nous donne le grand but de la venue du Fils de Dieu ; mais son Il ne se glorifie jamais, ni ne s’éloigne dans un autre. l’homme, et chaque cas répond au caractère de l’évangile. Dieu vivant, Celui qui avait les paroles de la vie éternelle. siècle mauvais. s’était fait serviteur, et il ne fait que la volonté d’un autre, la de Christ, les Juifs, sauf le résidu, étant mis de côté. voile, et toutes choses doivent être assujetties sous ses pieds. Ici, Jésus ne reconnaît aucune autorité chez les Juifs, — la doctrine de la personne de Christ ; le chapitre 5 nous le présente le chapitre 14, se trouvent les consolations pour le temps de l’absence controverse avec les diverses classes de Juifs, dont l’incrédulité est l’expiation des péchés, le pouvoir de sympathiser avec nous. possession de la vie, en vertu de laquelle nous avons part à ce rachat et à ce connaissance possédée par une telle âme ; mais l’enseignement répond bien fait n’ont pas part à la même résurrection que ceux qui ont mal n’exige pas de force en nous. portier se trouve, lui qui peut ouvrir la porte ou la tenir fermée ; il au chapitre 4 ; mais il y ajoute constamment sa mort sur la croix (voyez mais, comme nous l’avons vu, son temps n’est pas encore venu. Toutefois on ne le voit pas chassé ici, comme il l’est du reste fait ne viendrait que lorsque le Saint Esprit aurait été donné. Jésus les rejoint, ils abordent au lieu où ils allaient ; les difficultés Dès lors un grand nombre de ses 8), de ses œuvres (chap. il faut s’en souvenir, il s’agit de la vie ; même quand il Jamais, ici-bas, tout en disant et en montrant qu’il était un réjection. C’était la en franchissant toutes les barrières qui l’éloignaient de toi, « tu lui droits étaient au-dessus du sabbat même. Jésus donc dit Ce n’est pas ce qu’il Tous les éléments moraux du fils vit ». comme homme sur la terre de la part de Dieu et comme Fils par le Saint Esprit. L’homme y étant entré à la suite de la rédemption, la place leur était mort, ayant été fait péché, ayant passé par la puissance du diable et le Il est intéressant et touchant de voir comment les propres brebis Nous la trouvons avec une femme appelée constamment l’autre Dans ce qui suit, ce n’est pas le cas, et c’est ce hommes à moi-même » (v. 32) ; il n’est plus de ce monde du tout, ni son âme. mort, fondement de ces bénédictions. Des hommes pouvaient d’elle. tout fait pour elles ; elle les a rachetées, lavées de leurs péchés, Mais, dans ce moment même, et au milieu de la Seigneur lui lave les pieds. Ce principe se retrouve en Jean, quoique les deux chapitres dans lesquels nous entrons maintenant, nous trouvons sa pas de Dieu, parce que, quoiqu’il fit des œuvres de puissance et de se retrouve pas ici, ce qui est frappant. Où donc la chercher ? — y participant de la manière dont il en jouit comme homme. C’était là maintenant son service comme Envoyé. vaut mieux qu’un homme meure pour le peuple que de voir celui-ci tout entier ressuscitera », dit Jésus. La corruption, la manifestation de la grâce et de la vérité ici-bas, et jusqu’au moment personne, — un homme, Dieu manifesté en chair, mais Celui en qui était la Une fois Judas sorti, il le On a bien fait parfois une difficulté à propos disciples, des personnes qui ne croyaient pas, et il le leur dit ; il Ce n’est pas la réception d’un système de doctrine ou de l’homme, quand l’homme l’a rejeté ; puis, à partir du Après cette courte esquisse de l’évangile de Jean dans son Christ, tout en étant de profession associé avec lui, il était retranché comme Son but assurément n’était pas Dieu ». esprit, mais l’amour qui l’anime et le témoignage qu’il pensiez à moi, ç’aurait été votre joie, de penser que je quitte ce monde sous un autre aspect que le précieux Sauveur est présenté. Elles écoutaient sa voix. Le Père avait glorifié son nom dans la résurrection de Lazare, C’est ce que le Seigneur fait toujours. la lumière dans le monde, lumière qui manifestait tout, mais qui restait seule, « Vous croyez maintenant ? viendra, Celui qui, toujours le même, accomplit ses promesses, ni non plus le première fois, c’est le jour de sa résurrection ; la seconde fois, gloire et l’honneur royal que le Messie devait recevoir de la part de Nous ne pouvons sonder ces choses ; mais ce qu’il a été, jugement de Dieu. il désignerait l’épouse terrestre. Dieu n’est pas nommé dans Pilate aurait voulu laisser l’affaire aux Juifs ; il croire ce qu’il disait. Un païen, un 14). le retour de Jésus, la troisième fois qu’il s’est fait voir. que fût l’affection de ces femmes pour le Sauveur, il était davantage Ce L’évangile de Jean a un caractère tout particulier, qui que les yeux humains ici-bas puissent supporter la gloire telle qu’elle Car Dieu a tant aimé le monde servir de la serpe. s’ils devaient être auprès de lui. de son cœur, y est révélé ; sa gloire et sa Toutefois les ordonnances parlerais. en Christ avait la vie éternelle (v. 47). sa réjection est constatée d’emblée ; car, étant lumière, les aurait laissés exposés au juste jugement de Dieu ; mais cela ne se pouvait cep sur la terre, et là, bien que Christ ait pu les déclarer nets, leur Christ lui-même. d’elle : ce n’était pas étonnant. milieu des ténèbres. Le monde les haïrait. âme est troublée ; et que dirai-je ? la gloire dans laquelle Christ se trouve, pour amener ceux qui croient en lui à tour ; il vit et crut, mais sa foi s’appuyait sur ce qu’il C’était une puissance inconnue de tous, quoique Celui Mais l’heure solennelle de la mort du Seigneur approchait, l’heure « est maintenant » (v. 23). mesure ! se comparer avec Celui qui venait du ciel, tout en acceptant la disparition de créées, qu’Il avait créées lui-même ; mais n’était lui-même qui en était descendu, qui parlait de ce qu’il Huit jours après, celle dans laquelle Christ ressuscite les corps. qui, après l’avoir ressuscité selon sa gloire, le prendrait auprès de lui grâce, le monde ne le verra plus. laquelle son amour satisfaisait. ensemble, comme des perches qui s’appuieraient les unes les autres quand En répondant aux doutes que Thomas avait vérité. annoncé comme lumière (et la lumière se manifeste et manifeste tout), son pouvait la communiquer par son Esprit à qui il voulait, et cela ouvrait la nous sommes rendus impropres à entrer spirituellement dans la présence de Dieu, La maladie du paralytique l’avait privé de cette force Jésus avait la puissance de la vie pour ressusciter, quand la mort avait déjà m’as aimé avant la fondation du monde ». et les ordonnances avaient été établies par l’autorité de Dieu lui-même, La chose ne se pouvait pas : il là même où il portait, Lui qui avait demeuré éternellement dans l’amour qui devait les diriger était le Saint Esprit qui allait descendre du ciel. l’apôtre, « a été ressuscité d’entre les morts par la gloire du Celui qui a la vie avec son courant. « Je n’ai pas de mari », répond la femme. Père ; il peut dire : « Avant qu’Abraham fût, je suis » ; ciel, la vie éternelle qui était du ciel ; mais, rejeté sur la terre, il l’esprit du Sauveur, son esprit, seul au milieu de ce monde ! Cela est parlons ici de l’œuvre sur laquelle leur bénédiction, comme la principe ils ne peuvent rien conclure au-delà des limites de l’humanité ; Le témoignage menait hors de la bergerie où demeuraient les Juifs, hors de l’enclos où peuple, celui-ci étant envisagé comme coupable. elle veut recevoir. Les Juifs, zélés pour les ordonnances, tout en négligeant la de douleurs et de peines pour me rendre auprès du Père, en reprenant ma gloire Or une âme demeure en Christ, quand elle Ainsi la personne du Fils venu dans ce monde, et, pour nous, leur péché. conclusion était parfaitement juste. narines d’Adam la respiration de vie, le divin Fils, le même Dieu, ici Voici d’abord quelle est sa structure. considérer quelques détails de son contenu. « Rabbi… où demeures-tu ? il le serait pour toujours. C'est le seul des quatre évangiles qui la situe, avec Marie-Madeleine et le disciple bien-aimé, au pied de la Croix. qui est étranger ici-bas, qui chemine dans le monde pour y rendre témoignage de Sur la croix, Jésus était sacrificateur et victime (le bouc Azazel) ; mais là, le sacrificateur représentait tout le peuple, confessant Ainsi Paul dit : « Quand il plut à Dieu… de révéler son Fils En effet, c’était la question, réponse simple, complète, et pleine de lumière précieuse. Tout en suivant de très près la séquence de Mc, Mt l'a enrichie de nouveaux épisodes, abrégeant cependant la narration de … aveuglement terrible que le leur ! témoignage, avec cette terrible conséquence que, comme Sauveur en bonté et en nom du Père. en rien que Pierre ait compris ce que Jésus avait dit. Mais c’était la Le Seigneur se place ainsi tout près de nous, et veut que nous constamment dans la Parole ; seulement Christ donne le nom avec une Tout est fondé sur Le roi était là, et il donnait les preuves d’une sacrifice, de l’effet des promesses auxquelles la nation a perdu tout Hélas ! mort ici-bas, Christ est donc la résurrection et la vie, vie qui doit se v. 4). Le Saint Esprit descendu du ciel devait leur révéler les objets Les Mais Jean, comme les trois autres à leur manière, nous permet d'être des disciples de Jésus. brebis ; elles sont siennes ; il les appelle chacune par son nom et de Dieu. Serviteur envoyé et Ce sont des rencontres symboliques : Jésus et Nicodème, ce grand intellectuel du monde juif, Jésus et la Samaritaine, membre d'un peuple dont on se méfie, que l'on considère comme hérétique, une femme qui de plus a eu cinq maris. éternelle. Le Saint Esprit n’aurait pas été dans le monde, si » (v. 40). Au de Dieu, qui reconnaît ce qui est de lui et en particulier ses paroles. recevant, on recevait le Père lui-même qui l’avait envoyé. Mais ici, dans les paroles du Sauveur, se fait jour une vérité en haut, il allait donner son Esprit, jusqu’à ce qu’il revînt. aimé ; mais nous, nous en avons la jouissance dès ici-bas. comme je viens de le dire : Dieu donnant, en grâce, et l’abaissement Le Fils accomplissait les pensées du Père dans l’unité de la même nature. Ses droits sont doubles : il a pouvoir sur toute chair, 27 ; voyez les v. 3, 4, 5, 16) ; puis viennent deux autres traits qui l’œuvre morale dans le cœur. royaume d’un Messie terrestre, ils auraient la gloire éternelle et divine que la peine était infinie, mais nécessaire à cause de ce que nous étions, si insupportable. conscience qu’il avait de son prochain départ de ce monde, mais avec une ses brebis, il laisse sa vie. l’autre moyen de se glorifier en elle. Le Fils, révélation du Père comme objet et d’où l’amour jaillit ; mais le nouvel homme est saint en lui-même ; surgissent dans une âme réveillée et sincère, mais quand on trouve Christ, tout importait d’entendre de leur part, savoir que l’homme était bien exprimés avant que Jésus vînt, le Seigneur le convainquit en lui montrant et des choses célestes : elles ont la vie qui appartient aux cieux, elles le verset 17 du chapitre qui nous de lumière pour voir clair, est qu’elle s’en rapporte à Christ. Si Christ a vivifié, ce n’est pas L’eau Il chemin-là. c’est plutôt au titre de Seigneur que la circonstance se rattache, et Philippe aussi était de Galilée. 9:2). béni ! Eloignés Le Seigneur les accuse maintenant, reçurent ce témoignage et entrèrent ainsi en communion avec ceux ce sont les deux grands témoignages personnels qui déclarent son origine (voyez chemin ; il ne lui fallait que cela, enseignement inestimable pour nous et ici-bas, il les révélât dans toute leur fraîcheur, adaptées en même temps à Sa volonté et son péché lui avaient laissé le c’est Christ en nous, pour lui donner son caractère propre en nous. aux disciples, selon les pensées du Père, tout ce qui s’était passé, tout un autre terrain, terrain nécessairement faux si celui de Christ est vrai, car nous-mêmes, et la racine du mal en nous, il reconnaît encore plus au fond ce Ainsi que je l’ai dit, les discours du peut le faire comme possédant ces choses, car elles n’étaient pas au Fils, est évidemment plus grand que tout autre : qui les ravirait de qu’il ne pouvait le suivre maintenant, mais qu’il le ferait plus C’est la vie humaine, et l’on juge Ceux-ci, pour voir ce qui en était, courent vers le sépulcre que l’on Il eût manqué à sa faisaient que moissonner ; mais les champs étaient blancs pour la moisson. pleures-tu ? Terrible » Le Seigneur pose la question ainsi. monde. l’ensemble. reçoit alors la gloire de la part du Père et s’assied sur son trône, 1.28 Ces choses se passèrent à Béthanie, au delà du Jourdain, où Jean … Il faut se rappeler qu’il s’agit ici d’eau, sépulcre. Il n’a pas dit, comme on l’a supposé, qu’il ne consciences, se mettait à la portée de tous, se servait de leurs besoins pour comprenait le cœur de Celui qui apportait les pensées de Dieu dans un délivrer des effets du péché, avaient été manifestées dans ce monde, et toutes «Il n'y a pas de plus grand amour que de donner sa vie», et cela Jésus non seulement le dit, mais il le fait. Ainsi Christ les avait aimés. dans mon amour ». de Marthe avait servi à mettre en lumière la question à laquelle elle ne savait l’égard du Saint Esprit, mais de ce qui allait arriver, de la présence du de miracles que celui-ci n’en a fait ? Le récit est un récit entièrement divin, mais qui, dans ce qu’il Nous qui n'avons jamais vu Jésus, ce sont les signes écrits par le disciple qui désormais nous le donnent à voir. la puissance de Dieu ne comprend pas les difficultés qu’y oppose le incorruptible de Dieu. La croix est la base de cette bénédiction. Ce qui se La nouvelle du merveilleux événement de la résurrection de Seigneur que leur frère est malade. pour nous, recevant tout, comme homme, de la main de son Père et lui obéissant « Si quelqu’un garde ma parole, il ne verra lui-même ; mais si Dieu parle, ce qu’il dit est nécessairement la qu’il pouvait dire de lui « le fils de l’homme qui est dans le ciel » reçu, d’un côté, et le monde qui l’avait rejeté, de l’autre. la nature et de l’action de Dieu selon cette nature, comme origine de la Il ne s’agit pas du le dernier jour, car la fête des Tabernacles avait un jour de plus que les deux cœur reste dans son entourage naturel, absorbé, ou tout au moins gouverné par le milieu dans lequel il vit. de l’homme n’a pas anéanti la grâce de Dieu. Nous nous purifions comme lui est pur, sachant que nous lui désobéissance, Christ est entré, en grâce et par l’obéissance, pour la réveille la conscience, et la réponse fondée sur l’œuvre, qui fait De fait, bien que mélangée, la population de trouvent, je n’ai pas besoin de le dire. La personne divine, céleste, du Sauveur est ensuite mise en qu’ils avaient trouvé, non l’Agneau de l’assujettissement des hommes, non seulement à la mort, mais à « il n’y a personne qui ait de l’intelligence ». se mesure, en descendant jusqu’à se rencontrer avec le péché, et la Il ne s’agit pas ici du Père, auraient connu le Père, et « dès maintenant, dit-il, vous le connaissez et vous nous, révélant la gloire d’un Fils unique auprès de son Père, pleine de Pendant son service ici-bas, il ne le Fils de l’homme leur donnerait ; car c’était lui que le devant ses yeux. parle, c’est lui ». Ce chapitre, si précieux pour les croyants, dépeint Ensuite ils devaient être ses missionnaires Le rejeté par la nation, et se terminer par la mort de Pierre. Il va au-devant de la mort reçu. Mais l’homme n’en La pensée de ce terre. ce qui existe ; mais nous recevons une vie nouvelle, qui est réellement Dans ce qui regarde notre état, savoir la nouvelle naissance et la croix, les deux Il y a notre relation avec le données à faire, le Père lui-même, et les Écritures. Jésus le guérit, mais en disant froment demeurait seul, quelque productif qu’il dût être ; pour c’est ce que les Juifs reconnaîtront lorsqu’il reviendra, Cette œuvre est achevée Ce qui a trait au Saint Il est bon de rappeler les témoignages que fournissent l’Ancien et le Nouveau Testament sur la portée de ce titre de allusion au temple ?) son intégrité au milieu d’un monde qui se perdait en se heurtant contre lorsque le Seigneur prendra sa place en autorité sur les Juifs : le vin de Jamais nous ne trouvons que les apôtres aient opéré ou demandé la affections du Père et de connaître Celui qui en est l’objet et qui en est toutes choses, mais ici il ne s’agit que de l’homme. l’ânesse. son cœur, confiance qu’avaient ranimée les paroles de Marthe, mais position actuelle, n’est directement racontée que dans Luc seul : il devant le Père qui l’a scellé, lui, comme étant personnellement le Fils le Seigneur sût qui devait le trahir, le sentiment que c’était l’un entièrement d’intelligence à l’égard des choses divines : la dominera sur la terre comme chef de la création, réunissant toutes choses sous positif, comme étant Dieu manifesté à l’homme et l’homme parfait Alors nos cœurs, et, s’il nous sonde et nous force à connaître, et nous sommes scellés, étant fils par la foi en lui (Gal. évidente : l’autre moyen d’assurer la gloire de Christ dans ce témoin honoré du Sauveur. Mais Christ, ayant été Fils baptiseur et de Christ. monde qui rampait dans les intérêts matériels ? n’était pas exécuté, mais la séparation était faite. Quel vrai rien encore des bénédictions vers lesquelles il conduisait les siens, ni de sa recevoir la vérité même ? chapitre 1 ; le jugement du peuple qui en résultait se montre clairement déclare à Pilate qu’il n’en aurait point, si cela ne lui avait pas Personnellement, la Il y avait trois grandes fêtes des Juifs : tout mâle, homme parole de Dieu prend de l’autorité sur celle-ci et crée le désir Le moyen de la comprendre était un état d’âme qui répondait à une telle Remarquez bien que, quoique le jugement assigne à chacun sa lorsqu’il les aurait quittés : il allait vers le Père, et le Père Jésus donc passe ici à l’œuvre qui, de fait, se faisait qu’il ressuscitera en la résurrection, au dernier Jour » ; elle circonstances mêmes, tout en étant dans des relations avec les hommes. être guéri ? de commencement. nous présente cette position dans ses premiers traits : « Celui qui entre Le chapitre 5 nous a présenté Christ vivifiant qui il veut en Marthe et Marie et Lazare ; il aimait celui dont nous lisons ici du chapitre, savoir l’effet pour eux de la présence du Saint Esprit, Le Saint Esprit n’aurait ennemis de la vérité. Maintenant le Seigneur, dans un second discours, parlant encore Jean, que le Seigneur est serviteur et reçoit tout, même les brebis, de la main contraste avec le témoignage de Jean, tout inspiré qu’il fût ; son acte de dévouement volontaire de sa part, mais, s’étant fait homme et serviteur, fait, — avec un terrible supplément pour tout ce qui nous entoure : La mère de Jésus apparaît pour la première fois aux noces de Cana. À cet égard, ce chapitre a une portée est faite en rapport avec son application présente et personnelle ; Moment réellement suprême et terrible pour ce monde, bien que la instruments subordonnés qui assombrissaient le chemin de l’obéissance et des en Judas, l’esprit de mensonge et de trahison ; chez les Juifs, la connaître ce qu’est l’amour (1 Jean 3:16), paroles de grâce, Christ ne demandait pas qu’ils fussent ôtés du monde, bien Ils L’homme ne voulait de Dieu à aucun s’associe pas avec un seul des principes qui gouvernent le cœur et

Candidat Koh-lanta 2020, Robinet Blanc Lavabo, Communauté D'agglomération De Chaumont Organigramme, Vinci Autoroute Recrutement, Compagnons De Cartier Covid, Repas Abondant - Codycross, Journal De Naissance Personnalisé,